Crédit photo : © SÉCURITÉ CIVILE


Ce mardi 4 aoĂ»t 2020, Beyrouth, la capitale libanaise a vĂ©cu l’une des pires catastrophes de son histoire.

Une double explosion s’est produite suite Ă  un incendie au port de la capitale. La cause de ce cataclysme serait due Ă  une double explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium qui Ă©tait stockĂ© depuis six ans dans un hangar suite Ă  une saisie douanière. La double explosion a provoquĂ© des dĂ©flagrations qui ont dĂ©truit un peu plus de la moitiĂ© de la ville, et qui ont eu la force d’un sĂ©isme de magnitude 3,3. Les secousses ont pu ĂŞtre ressenties jusqu’Ă  Chypre, Ă  plus de 200 km.

Bâtiments soufflĂ©s, voitures projetĂ©es, vitres brisĂ©es, port dĂ©truit, la ville a Ă©tĂ© dĂ©truite en quelques instants. Trois hĂ´pitaux de la ville ont Ă©tĂ© touchĂ©s. L’hĂ´pital Saint-Georges l’a Ă©tĂ© particulièrement, des membres du personnel et des patients sont dĂ©cĂ©dĂ©s.

Un navire arrimĂ© au port a pris feu deux heures après l’explosion, avec l’impossibilitĂ© de savoir si des personnes se trouvaient Ă  bord. L’officier du port a demandĂ© l’Ă©vacuation du port en prĂ©vention d’une explosion du navire.

Le bilan actuel fait état de plus de 180 victimes, de plus de 6 500 blessés dont 21 français et de plusieurs dizaines de disparus. Plus de 300 000 habitants se retrouvent sans abris.

L’Ă©tat d’urgence a Ă©tĂ© dĂ©crĂ©tĂ© pour deux semaines.

Les rĂ©actions internationales n’ont pas tardĂ© Ă  arriver, le monde entier se mobilise. La France envoie 55 hommes de l’UIISC 1 de la SĂ©curitĂ© Civile dont 50 spĂ©cialistes du sauvetage-dĂ©blaiement et 5 experts en risques technologiques. 9 marins-pompiers du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille sont Ă©galement envoyĂ©s en renfort avec plus de 20 tonnes de matĂ©riel depuis Roissy et Marseille.

 

Une semaine après l’explosion, le bilan s’est malheureusement aggravĂ©. Les opĂ©rations de recherche et de sauvetage se poursuivent. De nombreux pays offrent leur aide comme la Belgique, la France, les Pays-Bas avec des cargaisons d’aides humanitaires et de matĂ©riels avoisinant des tonnes et des donations d’engins de secours comme le BMPM et le SDIS 13.