CrĂ©dit photo : © POMPIER ACTU / THÉO LEBLANC (Image d’illustration)


Les sapeurs-pompiers du Val-d’Oise (95) se forment depuis lundi 24 fĂ©vrier dans une HLM dont la dĂ©molition est programmĂ©e le mois prochain.

En effet, une trentaine de pompiers, des CS (Centre de secours) de Villiers-le-Bel et Bezons, ont investi ce bâtiment dans le but de se former aux feux d’appartement et d’immeuble. Ils l’ont converti en un camp de formation.

Les soldats du feu mettent le feu Ă  des palettes en bois pour rĂ©aliser leurs exercices. Les instructeurs veulent faire travailler les techniques de lance : faire manipuler les lances autour du foyer pour trouver la bonne pression d’attaque.

« Cela permet de se confronter à la chaleur et à la fumée dans les conditions proches de la réalité. »

Capitaine STUMPF, Chef de centre de Garges-lès-Gonesse

L’exercice a lieu au 1er Ă©tage. Les Ă©quipes, Ă©quipĂ©es de leurs ARI (Appareil Respiratoire Isolant), pĂ©nètrent dans le bâtiment. Cela leur permet de se rapprocher au maximum de l’intervention rĂ©elle.

Parmi les intervenants, une jeune infirmière ayant intégré récemment le CS Villiers-le-Bel. À sa sortie, elle enlève son ARI et se fait contrôler la température.

« C’est ma première confrontation au feu. Cela permet de se rendre compte de ce qui se passe Ă  l’intĂ©rieur. »

Sapeur-pompier du CS Villiers-le-Bel

Son collègue lui fait savoir qu’elle a consommĂ© beaucoup d’air.

Cet exercice permet Ă©galement d’entraĂ®ner les Ă©quipes d’intervention Ă  la gestion du stress.

« GĂ©rer le stress, savoir se poser parfois cinq minutes pour rĂ©flĂ©chir, c’est le plus compliquĂ©. »

Sapeur-pompier du CS Villiers-le-Bel

Courant de l’après-midi, un feu de palette est dĂ©clenchĂ© Ă  l’extĂ©rieur. Les sapeurs attaquent le feu avec une lance d’attĂ©nuation permettant de limiter la propagation du feu, d’attĂ©nuer le feu, de baisser l’intensitĂ© du feu, de permettre Ă  des Ă©quipes de pompiers d’entrer l’appartement, de sauver des personnes et d’attaquer le feu au foyer.

 

La Formation

C’est une formation qui n’est pas courante, car difficile Ă  mettre en place.

« Il faut trouver le bâtiment, obtenir l’accord du maire, passer une convention avec le bailleur. C’est assez compliquĂ© Ă  mettre en Ĺ“uvre. »

Capitaine STUMPF, Chef de centre de Garges-lès-Gonesse

Les voisins ont Ă©tĂ© informĂ©s de l’exercice plusieurs jours en amont. Il leur a Ă©tĂ© demandĂ© de ne pas composer le 18 pour alerter du feu Ă  proximitĂ©.