Face à une montée en flèche du nombre de plaintes déposées suite à de multiples agressions ces dernières années, les Sapeurs-pompiers ont décider l’expérimentation des caméras piétons lors des interventions sur le terrain.

Ce fut le cas du SDIS 56, qui en plus de 9 autres départements, a décidé de s’en équiper pour la constitution de preuves lors d’interventions s’avérant difficiles. Autorisé par le Décret n° 2019-743 du 17 juillet 2019 publié au journal officiel n°0166 du 19 juillet 2019, le SDIS a décidé de s’en équiper à titre expérimental.

Mr Gilles Dufeigneux avait sollicité Mr Alain Thirion, directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises pour que les sapeurs-pompiers du Morbihan intègre le groupe des SDIS expérimentateurs.

Les CIS (Centres d’Incendie et de Secours) d’Hennebont, Lorient et Vannes sont équipés de quatre caméras chacun, pour un coût total d’expérimentation d’environ 10 000 €. Officiellement remis le vendredi 26 juin 2020, ils sont entrés en service durant l’été 2020.

Le SDIS précise que les personnes sont prévenues qu’elles sont filmées.

Le dispositif caméras mobiles permettra de collecter des preuves de violences et agressions verbales ou physiques commises à l’encontre de nos sapeurs-pompiers. La consultation et l’extraction des enregistrements sont réalisés pour les besoins exclusifs d’une procédure judiciaire ou administrative. Les enregistrements seront utilisés systématiquement par le SDIS 56 pour poursuivre les auteurs d’incivilités ou d’agressions à l’encontre des sapeurs-pompiers.

Gilles Dufeigneux, Président du Conseil d’Administration du SDIS 56

Dans le Rhône, qui a commencé l’expérimentation dès janvier 2020, les Sapeurs-Pompiers ont observé une baisse des agressions de l’ordre de 60 % », se réjouit le lieutenant Pedron. 

Ce n’est pas la solution miracle, mais c’est un bon outil de dissuasion

lieutenant-colonel Gildas Lopéré, commandant de l’état-major opérationnel du Morbihan